Périple au Japon

Petites parenthèses japonaises dans nos vies

Très souvent au fil de nos promenades dans Tokyo, nous sommes tombés sur des paysages au contraste saisissant. Au Japon, l’urbanisme est galopant mais pas toujours au détriment des traditions, et c’est ainsi que nous pouvons encore voir des temples construits en bois côtoyer les gratte-ciels d’acier et de béton, comme ici au jardin du palais impérial, au cœur du quartier d’affaires moderne de Marunouchi.

Les immeubles de Marunouchi vus depuis le jardin du Palais Imperial

Au crépuscule, les néons de la Tokyo Tower se reflètent sur les toits du temple bouddhique Zōjō-ji.

Le temple Zōjō-ji et la Tokyo Tower au crépuscule

Suite à la catastrophe humanitaire et écologique sans précédent qui frappe nos amis japonais, je vous invite à faire un petit geste et à donner à la Croix Rouge qui transmettra les dons à son antenne japonaise.

Pour rappel, les dons sont déductibles à 75% de vos impôts. ;-)

Gacha gacha !

Pas de commentaires

Les gashapons ou gacha sont des machines qui distribuent des petites figurines à collectionner, contenues à l’intérieur de capsules transparentes en plastique. On en trouve partout à Tokyo, et notamment dans le quartier d’Akihabara. Elles ont été inventées à la fin des années 70 par Bandai.

Machines gacha à Akihabara

Machines gashapon

Le principe est simple : vous insérez les pièces de monnaie, vous tournez la manivelle, et une boule tombera. Le prix varie de 100 à 400 yens selon la taille de la figurine ou la licence (de 1 à 3 euros environ). La boule s’ouvre en deux à la manière des Kinder surprise. :D

Boules de gacha gacha

Boules de gachapons ouvertes et figurines

À l’intérieur de ces boules gachapons on trouve, en plus de la fameuse figurine, un petit dépliant montrant la totalité des figurines de la collection. La machine distribuant les fameuses boules totalement au hasard, je vous laisse imaginer la somme que vous pouvez y laisser afin de finir votre collection. :-)

Gachapons à collectionner

Ce sont des machines très populaires au Japon, à tel point que l’on trouve parfois des dizaines de machines gacha alignées les unes à côté des autres, formant littéralement des murs de machines. C’est notamment le cas au dernier étage du Yodobashi Akiba (un grand magasin d’électronique) ou bien à Akibagacha, une boutique spécialisée dans le gacha-gacha.

Les konbini

2 commentaires

Encore une petite curiosité du Japon. On les trouve quasiment à chaque coin de rue, les konbini (de l’anglais convenient store, ou magasin de commodité) sont des sortes de petit supermarché de quartier (« dépanneurs »).

Un konbini "am pm"

Ils sont repérables facilement grâce à leurs enseignes en néons colorés : Family Mart, 7-eleven, AM-PM, Mini-stop, Sunkus, Lawson, Community Store…

Un konbini "Community Store", la nuit Un konbini de l'enseigne "Family Mart" Un konbini "Lawson", à Kyoto Un konbini "Mini Stop" à Tokyo L'entrée d'un konbini "Sunkus"

Ces magasins proposent des produits d’alimentation (boissons, bento, onigiri, plats préparés et autres viennoiseries « industrielles »), mais également des articles de première nécessité : hygiène, cosmétique, librairie, papeterie, vêtements (chemises, cravates !).

Rayons d'un konbini

Rayons d'un konbini Rayons d'un konbini Rayons d'un konbini
Rayons d'un konbini Rayons d'un konbini Rayons d'un konbini

Rayons d'un konbini

Concernant les boissons, on y trouve encore plus de choix que dans les distributeurs !

Boissons fraîches au konbini

La plupart des konbinis dans les grandes agglomérations comme Tokyo sont ouverts 7j/7 et 24h/24. Et s’ils ne le sont pas, leurs horaires d’ouverture sont très larges. C’est un élément de confort urbain que l’on apprécie, surtout lorsque l’on vient d’un pays où les horaires des magasins sont parfois assez restreints. :D

Beaucoup de konbinis proposent également des services postaux, bancaires et financiers : envoi de lettre, achat de timbre, retrait d’argent, photocopie, fax, développement de photos et même assurance ou placements ! La plupart sont également équipés d’un micro-onde et réchauffent gratuitement les bento et autres plats que vous achetez.

Suite à notre billet sur les distributeurs de boissons au Japon, voyons ce que nous buvions lors de nos petite pauses rafraîchissantes. :D

Avec la multitude de choix qui s’offraient à nous, nous avons eu l’occasion de goûter à toutes sortes de boissons, des classiques comme l’eau ou des sodas connus, comme du Coca Cola. Bon, jusque là c’est facile, c’est comme chez nous ! :-)

Bouteille d'eau japonaise "From Aqua"

Puis nous avons essayé des boissons « typiques », comme celles-ci qui ont soit-disant des vertus énergétiques (on en avait beaucoup besoin vu la cadence des visites que nous avons réalisées :? ) ou encore « l’eau alcaline ionisée » (le fameux Pocari Sweat) et la bouteille de 50 cl d’eau contenant 2 grammes (!) de vitamine C… toutes ces boissons ont un petit arrière-goût de médicament. :mrgreen:

Boisson vitaminée japonaise Étiquette de bouteille Pocari Sweat

Puis nous nous risquons à boire des boissons qui nous sont complètement inconnues, avec des inscriptions en japonais que nous ne pouvons pas déchiffrer (heureusement, il y a quelques illustrations :D ). Certaine fois, c’est un très bon choix, comme cette sorte de jus de pomme très chimique mais pas mauvais.

BJNI : boisson japonaise non identifiée Bouteille de jus de pomme chimique japonais

D’autre fois, on tombe un peu plus mal, comme avec cette boisson pétillante au goût de raisin, aussi très chimique mais absolument imbuvable. :mrgreen:

Soda japonais au raisin chimique

…ou comme cette boisson au goût de bonbon, pas mauvaise mais très bizarre. :?

Boisson japonaise au goût de bonbon

Quand on vous dit que le Japon est un pays branché, on ne vous ment pas ! :D Ici, le réseau électrique semble construit de manière anarchique, avec des câbles tissés dans tous les sens, au-dessus de nos têtes. Les pylônes craqueraient presque sous le poids des fils électriques, câbles de télévision, de téléphone, fibre optique et autres transformateurs (plusieurs dizaines de kilos !) accrochés dessus. :?

Jungle de câbles électriques à Tokyo Jungle de câbles électriques à Tokyo

Nous ne connaissons pas la raison exacte d’une telle jungle de câbles : peut-être est-ce à cause des tremblements de terre fréquents au Japon, ou bien du coût pour enterrer tous ces câbles et les travaux que cela engendrerait ?

Jungle de câbles électriques à Shizuoka Jungle de câbles électriques à Tokyo

Tissage de fils électriques sur les pylônes Tissage de fils électriques sur les pylônes Tissage de fils électriques sur les pylônes

Quelques nouvelles perles de franponais pour cette semaine : un salon de thé qui répond au doux nom de Café Sacoche, du blanc pas très propre chez « C’est Blanc » et une boutique dont on ne comprendra jamais pourquoi elle porte le nom de « Belléamies ».

Le Café Sacoche à Tokyo Les soldes chez "C'est Blanc"... attention à la couleur ! Boutique Belléamies à Tokyo

Au Japon, et surtout à Tokyo, par manque de place, les constructions se sont développées en hauteur (buildings de plusieurs étages, gratte-ciel). Lorsqu’on cherche un restaurant ou un magasin, il faut avoir le réflexe de lever la tête pour trouver ce qu’on cherche.

En effet, contrairement à la France où les boutiques sont situées en général au rez-de-chaussée d’un bâtiment, au Japon de nombreuses boutiques peuvent partager un même immeuble. C’est ainsi que l’on voit souvent sur les immeubles de grandes affiches publicitaires ou panneaux lumineux avec des indications cryptiques comme 1F, 2F, 3F, B1F

Publicité avec indication des étages sur les façades des immeubles : 1F, 2F, 3F, 4F, B1F, B2F...

Et, à l’entrée des buildings, des panneaux de ce genre :

Panneau qui présente les différents étages d'un building

Ces panneaux sont en fait un récapitulatif des boutiques et restaurants que l’on peut trouver dans le building, étage par étage. L’indication 1F correspond au rez-de-chaussée, 2F au premier étage, 3F au deuxième, et ainsi de suite… Quant aux indications B1F et B2F que l’on trouve parfois, elles correspondent aux premier et deuxième sous-sol. Au Japon, la moindre surface est exploitée. :D

Exemple de l'extension verticale à Tokyo Enseignes sur les facades des immeubles à Tokyo

Au Japon, les travaux publics sur les infrastructures routières sont souvent effectués la nuit, afin de réduire la gêne occasionnée auprès des usagers. C’est ainsi que la nuit venue, on voit se mettre en place les chantiers sur la route, et s’agiter les ouvriers…

Travaux de nuit à Tokyo

Travaux de nuit à Tokyo Travaux de nuit à Tokyo Travaux de nuit à Tokyo

Nous avons parlé la semaine dernière des distributeurs de boissons à Tokyo qui étaient pratiquement aussi nombreux que les japonais eux-mêmes. :D

Mais il faut savoir qu’au Japon, les distributeurs ne se contentent pas de vous fournir en breuvages divers et variés, non, ils vous permettent aussi d’acheter toutes sortes de choses. Je vous propose avec ce billet un petit florilège de ces fameuses machines que l’on trouve partout au Japon, et notamment à Tokyo.

Commençons tout d’abord avec les classiques distributeurs de cigarettes (autorisés au Japon). Il vous restera ensuite à trouver un endroit tranquille pour fumer, car les lois pour les lieux non-fumeurs sont strictes au Japon (interdiction de fumer dans la rue en général… mais pas dans les restaurants par contre :mrgreen: ).

Distributeur de cigarettes japonais Distributeur de cigarettes au Japon

Nous poursuivons avec cet amusant distributeur de gâteaux au goût très certainement chimique, trouvé dans une gare.

Détail sur un distributeur de gâteaux Distributeur de gâteaux Autre détail sur un distributeur de gâteaux

Toujours dans une gare, ce distributeur de journaux japonais trônait fièrement dans l’allée centrale, à côté d’un escalier mécanique (une autre machine très également très présente au Japon).

Distributeur de journaux japonais Détail sur le distributeur de journaux japonais

Un peu plus conventionnel, ce distributeur de glaces multicolores, avec des crèmes glacées au chewing-gum (véridique), et autres joyeusetés.

Distributeur de glaces Détail du distributeur de glaces

Pour les p’tits creux un peu plus gros, ce distributeur de repas chauds devrait faire l’affaire (il s’agit en fait d’une machine qui réchauffe des plats surgelés, ne vous attendez donc pas à de la grande cuisine ! :o ).

Distributeur de repas chauds Détail sur un distributeur de repas chaud

Nous sommes aussi tombés sur un vieux distributeur de piles au hasard des rues de Kyoto (les maisons dans ce quartier n’étaient pas beaucoup plus récentes :-) ). Je me demande bien s’il fonctionne encore…

Distributeur de piles à Kyoto Détail du distributeur de piles à Kyoto

Ou encore un distributeur de préservatifs

Distributeur de préservatifs à Tokyo Détail sur un distributeur de préservatifs à Tokyo

…ou un distributeur de couches pour bébé, trouvé à l’entrée de toilettes dans la gare de Tokyo.

Distributeur de couches pour bébé

Pour finir, ce distributeur de produits d’hygiène : masques de protection, mouchoirs, pansements, piles (?) ainsi que d’autres objets indéterminés.

Distributeur de produits d'hygiène Détail sur le distributeur de produits d'hygiène

Voilà, quoiqu’il arrive, et même si vous ne parlez pas un seul mot de japonais, vous avez de quoi survivre au Japon… à condition d’avoir quelques pièces dans sa poche !